Skip to content

VISIONS DE BURROUGHS

9 juin 2013

Le printemps.

Oui, je vois les arbres qui apparaissent comme pour dire le sort de la saison et son haleine de nuit revenant dans la vallée, mais aussi le sperme des autres que des femmes éprouvent, un manque d’intrigue trouvé ipso facto. Il est merveilleux de le voir se reconstituer, autant que d’essayer de passer pour un puzzle à distance ; j’aime cette organisation, je ne nie pas qu’il y ait cette aveuglante clarté brillante pure plus ouverte à nouveau, mais le Soleil ne sait jamais.

Ils m’ont envoyé à la ligne, et m’ont pris la plume. Mordu : un petit poisson pêché, pris en charge. J’ai été laissé dans le deuil. Juste une grande perche au bout du bouchon. J’étais sur mon poste abdominal avec pour nouvelles, dans le Evening Hours, des brèves sèches grillées, super.

Cependant, j’en suis à éviter l’erreur, du fait que le Docteur William S. Burroughs ne semble pas lutter contre la confusion temporaire qui quand même a quelque chose de spécial, ça se passe au dernier point de comparaison, je lui ai fait un portrait terrible, tel un colossal colonel écossais de Saint-Toutain, avec trois motions adoptées à l’été.

Pour l’été : plusieurs commanditaires, mais peu, ont leur entreprise mensuelle, le petit moi et d’autres, mais elle n’est pas visible dans le test, et maintenant à cause d’elle l’Elite rétorquera, devant toute réfutation ultra critique. Si vous en doutez, reportez-vous à ma demande, après l’attaque, il y a un moment pour tout, pour dessiner les têtes au mur, pour sentir l’odeur de mort, car l’été, des bruits de vent lourd me noient d’irrationnelles sensibilités mutuelles. Après avoir traversé la rivière sous un cagnard collant, il nous a semblé qu’on pouvait voir beaucoup plus loin, sans quelques restrictions humiliantes il est vrai, puisque j’ai été transporté à l’hôpital, vous voyez, dans un de ses secteurs spécialisés en psychiatrie. Me laisser tomber moi-même, essai nocturne.

Troisièmement, l’automne, nous sommes enfin autorisés à quitter ces putains d’horribles pyjamas bleus, ayant scrupuleusement suivi le protocole, sans faire montre de cette infinie intention de s’échapper. Quand Burroughs a vu qu’il avait à résister à la Narine Marchande, il a tout de suite enfilé la robe la plus appropriée, pour des raisons évidentes d’esthétique de proximité, il a même fait croire qu’il avait des vapeurs. Il fumait partout, mais comme moi, comme beaucoup le font, et puis après j’ai écrit des lettres à une patiente attirante, comme une chanson jouée dans la cafétéria tactile, le piano et le rythme, avec des amis et d’autres personnes, j’ai été accueilli par quelques vieux sentiments, en remplacement de l’hospitalisation spéciale, des mots originaux en couleur reçus et de très délicieux écrits, avec des particules B. Ça me tentait bien, séduction, excitation, maximum, à savoir la goutte au bout. Le traitement chimique, nous le trouvions bizarre parce que nous y voyions un moyen pour eux de changer les qualités prescrites, avec toutes ces femelles électrifiées qui prenaient leurs rêves pour la douce autorité officielle et nos prostates pour des lanternes. Happy Calypso Now. Mon Etat de santé. J’ai été élevé par l’écrivain au rang des hallucinations auditives complètes, progressivement résidantes, et pourtant la vitamine était calme, alors qu’il semble difficile d’obtenir un bouchon temporaire. Qu’est-ce que ça veut dire ? Cela signifie que seuls les accessoires thérapeutiques, et non les annonces classées ailleurs (à l’Institut par exemple), allaient désormais être utilisés ; des infusions ? C’est pourquoi vous pouvez commencer à refaire surface, même si de temps en temps, l’ancienne alarme d’avertissement sporadiquement retentira mais immédiatement se taira devant le charme inquiétant de certains gestes effectués la nuit, mes rêves étant plausibles et si bien conçus, à la façon des histoires détaillées en balayages extraordinaires. Détails de remise en forme, et d’autres voix étonnées, clarté abattue en fines couches soigneusement mesurées et distribuées dans l’espace.

Bière souvent dans mes rêves, les deux chefs d’accusation : boire, avec cigarettes, et sexe, avec une brunette dotée d’un diplôme national, qui se penchait au-dessus des barres du toit avec vue sur la banlieue sud, avec son bras sur l’horizon en un geste de découpe. Je fouillai dans ma poche de gilet sombre afin de trouver de l’argent pour elle.

Imbéciles d’alcool imbibés, beaucoup, car tout est potable, mais une comparaison de la profondeur du fruit, avec son odeur spécifique, indiquera de ne pas tarder dans les environs. Parfois, je suis un souvenir de whisky avec des nuances exotiques électriques, comme l’exige le genre clair-obscur, des lumières brutes tombant sur les chaises, la table basse avec des coins arrondis.

Langue étrangère sous la plume du Maître, qui est toujours loin de l’effet d’un destin spécial, mais la question demeure insaisissable, unique, diapositive, et circule comme beaucoup de rêves, et l’amour en dernier est réveillé de son sommeil dans l’ombre nue, encore blotti dans les yeux à peine ouverts. L’écrivain jouit, comme un crayon en son temple.

________________

Ce texte a été initialement publié par Reflets du Temps le 9 mars 2013.

Publicités

From → ECRITS

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :