Skip to content

ODE À L’AUBE

26 septembre 2014

__________________________________

« VEUILLEZ ÉCOUTER TOUT D’ABORD

QUELQUES MESSAGES PERSONNELS. »

__________________________________

– La cité des muses est atteinte, ce n’est pas un bastion communiste. Le code postal n’est pas correct.

– Les fleurs ont rêvé toute la nuit & ce matin, ouvertes sous la rosée, elles se souviennent.

– J’ai jeté ma clef dans une corolle pour ne plus pouvoir entrer chez moi.

 
Désormais, je reste hors chez moi & demeure au creux de ton giron, à l’aube grise, au crépuscule tiède, à l’orée d’un cauchemar sous la Lune flippée.
Depuis quand marchons-nous main dans la main,
dormons-nous bien emboîtés ?
Depuis quel matin insensé
la grâce évidente de ta danse de vie
vient-elle frapper mes yeux ?
 
____

 
 
(L’Aube exaltée ainsi qu’un peuple de colombes,
Et j’ai vu quelquefois ce que l’homme a cru voir !)

Publicités

From → ECRITS

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :