Skip to content

À L’ATELIER

28 avril 2015

Le titre. Il me tombe sur la tête ou je marche dessus, et je l’ai, je le prends, il fonctionne, il me plaît. Si je le cherche, je finis par m’approprier une annonce qui s’use très vite et termine en rebut dans le tiroir des phrases orphelines. Pourtant, en préparant le texte de vingt-cinq années d’aventures en contrée d’écriture, celles dont on revient avec deux diligences, la seconde n’étant que patache, grosse malle pleine de papier, je pensais en avoir trouver le titre. 

« J’ai passé toute ma vie à moitié soûl, ou la moitié de ma vie complètement soûl, je ne sais plus. »

Voici les titres : 

PRIÈRE D’INSÉRER

L’HORIZON DES MOTS

____________________

Notes pendant les essais et les applications de la gravure simple destinée à l’ornement d’une reliure

à froid

par presse

dans des matières diverses

très souples, tendres,

ou plus dures

Les surfaces de petits objets assez durs que l’on dispose sur la surface à graver d’une matière plus ou moins adaptée et par impression des premières sur la seconde, à savoir appuyer sur elle pour reproduire une image, de façon générale reproduire un ou des signes, afin d’y laisser l’empreinte désirée. 

De cette manière par exemple je repousse le cuir, j’en enfonce la surface à l’aide d’un objet assez dur déjà existant placé sous une presse contre le cuir ; je mets de côté dans l’usage du temps présent toute gravure qui consiste à enlever de la matière, pas de ciseau, ni de couteau à ouvrir, demi-lune, à tranchet, ni de doloire, d’abat-carre, bref ni de lame, ni d’emporte-pièce. 

Cuir humidifié légèrement

Exhalaison douce de la peau

De la même façon à la place du cuir,

avec le carton,

le textile,

parfois ta peau,

avec mes lèvres, mes dents

et toi mon épouse à mes côtés avec tes mains pleines de désir, aux doigts érotiques, qui devant la difficulté d’une construction textile, prends la décision d’écarter un élément pourtant prévu, de ne pas t’en servir, de l’abandonner, au profit de l’efficacité attendue de l’effet produit sur la rétine.

j’allai desserrer le serre-joint 

pour découvrir l’effet

le mien d’effet

avec mon modèle, soumis à la force mécanique et dans le cuir enfoncé, s’imprime en lui. pour toujours.

Je crains, monsieur Jules Lefil de Bâti, que votre fonction au sein de notre belle équipe de production devienne, pour ce que nous voulons créer aujourd’hui, ce que nous envisageons dans la réalisation pour demain, devienne, disais-je, une position superfétatoire et qu’il faille, malheureusement, croyez je vous prie en mon dépit partagé, qu’il faille donc vous invitez à accepter le fait que je vais vous proposer, en bonne et due forme, de vous casser, vous laissant gentiment licencier par nous, car vous êtes bien trop tendu, en sus de votre inutilité acquise au frais d’une rétribution devenue aussi superflue et encombrante qu’onéreuse, qu’il faut donc abolir ; trop tendu donc, prêt à vous rompre à quelques petites longueurs de l’arrivée.

 
Publicités

From → ECRITS

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :