Skip to content

CATALOGUE – MAZARINADE –

Recherche par ordre alphabétique d’auteur : 

A   B     D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R     T   U   V   W  X   Y   Z

MAZARINADE

 voir aussi : Retz
  • TITRE : Contrat de Mariage du Parlement avec la ville de Paris
  • AUTEUR : Anonyme. Attribué en partie au Cardinal de Retz.
  • EDITEUR : chez la Veuve Guillemot, Paris
  • ANNÉE : 1649
  • PRIX : 400 €

1 volume in-8 carré (225×180 mm). Reliure postérieure plein cuir fauve, dos ficelé, motifs à froid sur les plats. Fermoir à la cordelette. Notice liminaire rédigée par mes soins. IV + 8 pages.

Copie de la Notice : Si l’on en croit les notes de Mazarin (Carnet n°12, en 1649), c’est le coadjuteur de Paris, Jean-François Paul de Gondi, futur Cardinal de Retz, qui est à l’origine de l’édition de nombreux pamphlets frondeurs, qu’il écrirait lui-même ou qu’il ferait rédiger par d’autres : Ledit Coadjuteur continue à faire imprimer des libelles et faire des gazettes par Ménage, qui en envoie par les provinces, en nouvelles à la main, et en fait courir par Paris, et en outre fait parler à tous les rentiers pour les soulever, et de fait il y en avoit plus de quatre-vingts chez lui qui lui demandoient assistance. Aussi le Contrat de mariage du Parlement avec la ville de Paris est très certainement un texte inspiré par le coadjuteur. Ce que semble encore confirmer Mazarin, en exil, le 10 avril 1651, dans une lettre à la Reine. Dans ses Mémoires, Retz n’évoque pas ces libelles et il a toujours été difficile de lui en attribuer formellement la paternité, mais l’on suppose que des libellistes à ses gages sont chargés de les rédiger. Le Contrat de mariage du Parlement avec la ville de Paris est un écrit vigoureux et solidement conçu, avec des exigences politiques radicales, qui connaît un grand succès, puisque réédité à deux reprises. L’exemplaire que vous avez entre les mains est la première édition, chez la Veuve Guillemot, à Paris. Comme nous pouvons le lire tout à la fin du texte, il est écrit en janvier 1649. Quant à son jour d’impression, non mentionné, il est postérieur à l’arrêt rendu en Parlement le 8 janvier, après le départ du Roi le 6 du même mois, puisque ces arrêt et départ sont évoqués dans les derniers paragraphes. 

Mazarinade

__

Mazarinade0

___

Mazarinade00

Mazarinade1

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :